Après six matches en fédérale 1, le SCA, nouveau venu à ce niveau, tient sa place. Le capitaine, Jean-Baptiste Pécrix dresse un premier bilan.

Jean Baptiste PECRIX : On est dans les clous

Jean Baptiste Pécrix : «On est dans les clous !»

Le capitaine J.B Pécrix prend de la hauteur./ Photo DDM.

Le capitaine J.B Pécrix prend de la hauteur./ Photo DDM.

Dépêche du Midi - Publié le 

      

Le SCA a disputé 6 matches en Fédérale 1. Qu'est qui a changé au niveau du jeu notamment ?

Ça va plus vite, c'est plus rugueux, ça tape plus fort. Les phases statiques, la mêlée, les touches sont beaucoup plus importantes. On a constaté que nous avons encore quelques lacunes. Les rucks sont plus disputés. De plus, il faut être encore plus vigilant au niveau de la discipline. La moindre faute se paye cash. Ça peut vite basculer dans un sens ou dans l'autre.

Peut-être une adaptation difficile à l'arbitrage ?

Oui certainement mais nous devons nous concentrer pour améliorer notre gestion du jeu. Il nous faut encore grandir sur ces points.

Que penses-tu des résultats ? L'objectif étant, il faut le rappeler, le maintien.

Ils sont en demi-teinte car nous avons perdu à la maison deux fois, même si contre Albi c'est dans la logique des choses, et concédé un match nul. Face à Albi, on aurait même pu prétendre à mieux que le bonus même s'il peut s'avérer important. Contre Oloron, c'est par contre plus problématique et le match nul contre Saint-Sulpice est un moindre mal. Nous avons pris un point à Lavaur et gagné à Graulhet. Nous avons cramé nos jokers à domicile dans l'optique d'un bilan intéressant en fin de saison

Pour assurer le maintien, ne faudrait-il pas se focaliser sur les rencontres opposant le SCA aux clubs dits faibles ?

Oui et non car quand on voit notre performance face à Albi, nous sommes les seuls à avoir pris un point contre eux, on ne va se restreindre à jouer les petites équipes et faire l'impasse face aux grosses. Nous pouvons prétendre à autre chose. Il ne faut pas calculer et jouer tous les matches. On fera le bilan en fin de saison.

La plupart des joueurs de la saison dernière découvrent ce niveau et finalement semblent s'adapter.

Les repères collectifs sont là. On a rajouté quelques éléments de valeur. On a vu sur les phases finales qu'entre les grosses équipes de Fédérale 2 et la Fédérale 1, il n'y avait pas trop de différence. On se construit petit à petit, nous progressons au fil des matches.

Il y a très longtemps que l'on n'avait pas vu un tel engouement autour du SCA, les affluences à Balussou battent des records, le ressentez-vous ?

C'est très positif, on sent que quelque chose se passe par rapport aux années précédentes. Le niveau fait que nous attirons du monde au-delà de Pamiers semble-t-il. Les résultats sont là, quand nous gagnerons tous nos matches à domicile je pense que ça peut encore s'amplifier. C'est important non seulement pour nous mais aussi pour les équipes de jeunes, et l'école de rugby qui constate des inscriptions en nombre. Au-delà de l'équipe fanion il faut saluer les résultats de la formation Espoirs. On avait quelques craintes vu son inexpérience et ses joueurs très jeunes. Elle s'en sort parfaitement. Le SCA se porte bien, on est dans les clous, il nous faudra confirmer.

      

Propos recueilli par Michel Rieu


Commentaires

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.