Envie de participer ?

BIENVENUE SUR LE SITE OFFICIEL DU S.C.A

🏁🏁🏁 𝐋𝐞 𝐬𝐢𝐭𝐞 𝐝𝐞𝐬 𝐝𝐚𝐦𝐢𝐞𝐫𝐬 🏁🏁🏁

29

juil. 2022

Le navire avec son bel oriflamme à Damier Noir et Blanc flotte toujours

Publié il y a 2 mois par ALAIN DUBIAU

Le SCA depuis sa création a su suivre la mode vestimentaire pour son maillot, a su s’adapter lors des changements de règles du jeu, a connu plusieurs successions de Présidences, a subi les aléas de l’économie, a suivi sagement les contraintes fédérales, a évolué dans des enceintes sportives passant des stades aux tribunes en bois à celles élevées en gris béton urbain.

Le tout en un peu plus d’un siècle, car cela fera exactement 119 ans d’existence du club à l’aube de la saison 2022/2023.

Le club est passé par plusieurs phases, qui furent souvent heureuses ou parfois malheureuses. Pensez donc ! Elles se sont succédées inexorablement depuis l’euphorie des premières passes de balle ovale de joyeux prédécesseurs qui délimitaient un terrain d’herbes sauvages par leur vestes déposées négligemment sur le sol, jusqu’aux pistes d’athlétisme superbement colorées et synthétisées entourant une fraiche pelouse verte tondue dorénavant par des tondeuses robotisées. De nos jours, le progrès informatique s’invite aux entrainements. Les phases de jeu, celles de nos adversaires et les nôtres, sont studieusement décortiquées à partir d’un appareil-vidéo tenant dans une poche gousset dans laquelle autrefois quelques anciens glissaient élégamment leur montre, du même nom, au bout d’une chainette argentée.

Au fil du temps sportif, il est inutile de préciser les turbulences générées par ces divers changements. En effet un rassemblement de bénévoles aux caractères forts, aux tempéraments forgés dans des parties de rugby hautes en couleurs, pour employer un doux euphémisme, ne s’en laissent pas conter. Ceci amenant le plus souvent des éclats de voix, des sautes d’humeur, des postures fermes qui, en définitive se perdent et s’oublient tel un drop mal ajusté d’entre les perches.

La saison passée n’a pas dérogé aux rebondissements imprévisibles qui font le piment de la vie d’un club. Imprévisibles ! Vous avez dit imprévisibles ? Oui et non !

Non ! Parce que à chaque début de championnat des nouveautés apparaissent qu’il faut froidement assimiler. Oui ! En apprenant qu’une nouvelle catégorie se créée pour les clubs de fédérale 1, qui, s’ils terminent aux deux premières places lors de la phase régulière peuvent gravir cet échelon. Non ! Parce que, compte tenu d’un parcours exemplaire de l’équipe Une terminant deuxième de poule, poussée par des Espoirs flamboyants et des équipes de jeunes talentueux (et euses), s’ouvrait alors l’opportunité de monter en « Nationale », catégorie en ligne de mire depuis une bonne décennie. Oui ! Parce que des engagements au plan financier n’ont pas pu être concrétisés pour diverses raisons.

Des raisons d’ailleurs qui dépassent notre simple vision d’observateur et que nous ne saurions, nous en gardant bien, expliquer convenablement. Le seul point que nous osons développer ici est qu’alors que sur le plan purement rugby, le projet paraissait aboutir, des imbroglios financiers, voire des promesses sans lendemain, ont supplanté l’esprit sportif.

D’autant que le projet était porté depuis nombre de saisons par une équipe de dirigeants déterminés, s’associant un groupe de techniciens à la qualité reconnue, avec un bureau administratif rompu à tous les tangages, sous la houlette d’un Président et de ses adjoints, passionnés et acharnés et des joueurs pris dans cette spirale positive. Alors que tous avaient accompli fièrement leur tâche, l’imprévisible sonna le glas d’une belle saison.

Mais le SCA, tel un superbe navire, orné du bel oriflamme à Damier noir et blanc, malgré une des plus fortes houles, toute récente, aura su garder le cap avec un équipage dur au mal sous les embruns tempétueux. Et même si trois nouveaux capitaines auront à tenir ferme la barre pour la saison 2022/2023, nous en terminerons en citant une expression célèbre du XVIème siècle, reprise par Montaigne et Rabelais, laissant au destin le soin de jouer son rôle : « Et vogue la galère » !!!!

Commentaires